Rétro C Trop

Côté scène, côté coulisses


3ème édition 2018

Roger Hodgson de Supertramp - Rétro C Trop 2018 ©bvz
Roger Hodgson de Supertramp - Rétro C Trop 2018 ©bvz

Côté public

 

Deux jours durant, un soleil radieux et chaud a accompagné le festival Rétro C Trop et ses 14 000 spectateurs venus applaudir des pointures comme Sting, Roger Hodgson de Supertramp et Trust. Beaucoup avaient aussi fait le déplacement à Tilloloy pour des groupes plus confidentiels pour certains mais très en vogue actuellement comme Rivals Sons ou encore Steven Wilson, le pape planétaire du rock progressif. Des légendes telles que Ange, The Selecter ou encore Buzzcocks ont attiré leur lot d’aficionados. Voilà pour le côté public avec une belle scène grandiose à la perspective fabuleuse.

Prochainement deux chroniques albums : Ange et Rival Sons


Côté coulisses

 

De l’autre côté de la scène se trouvait l’autre fourmilière. Celle des coulisses et du château où les organisateurs ont installé les loges.

Le château de Tilloloy de style Renaissance avec ses murs épais qui gardent la fraîcheur tant recherchée pendant ces deux jours de grosse chaleur. Une climatisation naturelle. Voilà un premier bon point pour l’organisation.

Place aux belles rencontres. La première est celle des Californiens de Rival Sons. Groupe qui vot le jour en 2009 et déjà culte internationalement. Leur premier souhait est de visiter la chapelle du château. Mais celle-ci est fermée à clé pendant le festival. Monsieur Gérard Comyn, maire de Tilloloy, personnage souriant aux yeux pétillants est heureux de nous ouvrir la chapelle qui est aussi l’église du village. J’accompagne donc Jay Buchanan, le chanteur du groupe, pour une visite nocturne. Sous la voute de style renaissance, la dégaine à la Jim Morrison y fait merveille. Sous le charme, le Californien prend sa guitare. L’acoustique étant tellement sublime me dit-il, qu’il installe son smartphone afin d’immortaliser le moment. J’en fais de même. Dans ce lieu fait de briques, son chant n’est pas noyé dans une réverbération trop présente et sa chanson « Dont Go Back to Jim » résonne de manière parfaite. Il me fait cadeau de ce moment improvisé. En retour, je fais un montage rapide des deux prises et lui envoie quelques jours après par Internet. Il en sera heureux.

Le samedi matin je travaille avec la très attachante Phyllis, assistante de Sting. Nous œuvrons pour que tout soit parfait avant la venue de la star. La gentillesse de Phyllis et son professionnalisme nous plongent dans une ambiance de travail tout en complicité. Cela fait huit ans que cette Californienne est chargée de la garde-robe et du bien-être de Sting. Son rôle principal est de transformer n’importe quel lieu en une loge zen et chaleureuse avec des éléments familiers à l’artiste. Le but de cet aménagement est d’adoucir la vie sur la route. Phyllis, très reconnue dans le milieu est restée auprès de Diana Ross pendant 22 ans et a travaillé avec Paul McCartney et Rod Stewart. Cela fait huit ans qu’elle est aux côtés de Sting. Elle accepte une prise de photo de son œuvre. Celle d’une loge magnifique dans une des pièces les plus belles du château ou le moindre détail compte. 

Sting arrivera une heure avant le concert et repartira juste après le concert. Cette fois, le chanteur bassiste aura passé peu de temps dans la loge. Il m’affirme que tout y était parfait, comme d’habitude avec Phyllis précise-t-il.

 

La scène vue arrière en construction le vendredi 29 juin ©jon pitre
La scène vue arrière en construction le vendredi 29 juin ©jon pitre

Sting est maintenant sur scène et je passe ensuite la fin de soirée, comme beaucoup, sur les marches du château avec un fond musical du concert de Sting & Shaggy. J’aurai l’occasion d’avoir des échanges chaleureux avec Ange (avec un dernier album sublime, sorti en mars 2018, qui rend "heureux)", Steven Wilson et leurs équipes. Mais aussi avec des anonymes comme Aldo le chef cuisine et ses deux acolytes, Lulu et Sylvain.

Ce qui marque lorsque l’on travaille avec des assistants et manager de production d’artistes, c’est leur grande gentillesse, leur calme et la valeur qu’ils attachent au travail bien dans une ambiance zen.

 

Jon Pitre

Ange et Steven Wilson

Tristan & Christian Descamps, Steven Wilson, Thierry Sidhoum, Hassan Hajdi, Benoît Cazzulini, rétro c trop
Tristan & Christian Décamps, Steven Wilson, Thierry Sidhoum, Hassan Hajdi, Benoît Cazzulini ©thierry sidhoum photographie

Phyllis Toney

Phyllis Toney installation loge Sting Château de Tilloloy @jon pitre
Phyllis Toney installation loge Sting Château de Tilloloy @jon pitre

Ange vinyle Heureux,  ange Artdisto, ange heureux, christian decamps, double vinyles
Ange album double vinyle "Heureux" ©2018 Artdisto. Bientôt la chronique album (photo©jon pitre)

Jay Buchanan

Jay Buchanan Rival Son, french church, Notre Dame de Lorette, Tilloloy
Jay Buchanan de Rival Sons dans l'église Notre Dame de Lorette, Tilloloy ©jon pitre

Prochainement deux chroniques albums : Ange et Rival Sons


Merci à Anne Taquet et Philippe Tassart de Rétro C Trop