Arthur's Day Festival

Huitième édition les 21 et 22 septembre 2018

Huitième édition salle

Pour cette édition 2018, VLD la programmatrice et son équipe ont décidé d’innover l’Arthurs Day Festival en organisant la manifestation pour la première fois en salle. Idée judicieuse au vu de la météo de ce week-end. Mais n’allons pas croire que le temps humide est habituel en ce troisième week-end du mois de septembre. Les spectateurs peuvent se remémorer de belles années très estivales et chaudes. Mais voilà, la date coïncide avec la transition de l’été à l’automne. Et l’incertitude du climat justifie amplement la décision à ce que le festival se déroule cette fois en intérieur. Car malheureusement, nous avons le souvenir d'une édition pas très lointaine où un arrêté préfectoral menaçait l’annulation des festivités à cause d’une météo très menaçante. Et puis, le centre-ville de Grandvilliers possède une belle salle de spectacle alors pourquoi ne pas en profiter.

Johnny Gallagher france, Julien shining Box, arthur édition 2012, beauvaizine, shining box
Johnny Gallagher et Julien de Shining Box (édition 2012 et 2013) ©beauvaizine

Johnny Gallagher

 

De plus, cette huitième édition fut bien lumineuse grâce à une programmation festive, celtique et rock avec la présence de la tête d’affiche irlandaise Johnny Gallagher. Avec son sourire éternel, sa bienveillance et sa générosité. Le public a été conquis. Ces superlatifs ne sont pas du tout des superlatifs puisque Johnny Gallagher, en effet très généreux, vient faire la fête avec le public après sa prestation. Voir la photo avec Julien de Shining Box (édition 2012 et 2013). Le batteur est venu en spectateur comme souvent. Johnny Gallagher est également un habitué du festival puisqu'il fut  aussi la tête d’affiche en 2015. Avec son groupe The Boxtie Band, le chanteur guitariste nous a concocté un set très blues rock avec de superbes compos et des reprises dont le somptueux House of the Rising Sun des Animals.

Johnny Gallagher arthurs day, programmatrice festival VLD, beauvaizine arthur, vinyle Johnny Gallagher
Johnny Gallagher et la programmatrice du festival VLD ©beauvaizine

Deux jours de musique live

 

D’autres groupes ont enflammé les planches de la salle du centre-ville de Grandvilliers. Il faudrait d’ailleurs penser à baptiser ce lieu car il s’agit d’une vraie belle salle de spectacle. Et pourquoi pas la salle « Johnny Gallagher » ?

 

Le vendredi, Celkilt et son rock celte a fait bouger les nombreux popotins venus aussi applaudir The Crook and The Dylans et Fringale. Certains spectateurs ne se sont pas gêné pour participer aux interscènes organisées par Mobil Jam. Cette animation réalisée sur les deux jours est une belle idée réitérée chaque année.

 

Au programme de cette belle édition, il y avait aussi le blues psychédélique de The Deans, les vocalises de Plum et la fureur néo-blues du fabuleux combo de Montpellier, Red Beans & Pepper Sauce. Rendez-vous l’année prochaine pour une aussi belle programmation. Bravo au toucan.

article de Jon Pitre

Bande-annonce officielle 2018 réalisée par Ubique Zone



2017

Interview et séance acoustique de Sheriff

En partenariat avec Arthur's Day Festival qui programme cette année un groupe coup de coeur de notre rédaction, Beauvaizine a invité SHERIFF dans ses studios pour une interview agrémentée d'un live acoustique en toute simplicité.

Une belle rencontre avec Raphaël Treiner qui nous interprète en solo "Go To Sleep" en avant première avant la sortie du morceau enregistré par le quatuor. 

Un beau cadeau pour Arthur, pour Beauvaizine et pour toi public.

 



Coup de cœur 2017 Beauvaizine

Cheap Wine

Cheap Wine rock, Cheap Wine sad queen, Cheap Wine arthur, Cheap Wine celabration days, Cheap Wine
Pochette "Sad Queen" de Cheap Wine ©Celebration Days

Sheriff et Cheap Wine sont parmi les coups de cœur de la rédaction de Beauvaizine de la dernière édition d'Arthur’s Day Festival de septembre 2017. 

Après avoir réalisé une vidéo interview de Raphaël leader du groupe Sheriff, voici notre chronique concernant Cheap Wine.

Le quintet de Clermont a sorti une pépite enregistrée dans les locaux du collectif "Celebration Days" situé dans le Clermontois. 

« Sad Queen » est composé de titres solides qui transportent le public dans les années fastes du psychédélisme. Mais la force du projet réside aussi sur le fait que ce n'est pas « comme à l’époque ». Non, le groupe semble venir directement de 1972 avec le son qui va avec. On pense à Ten Years After pour la richesse de l'orchestration et parfois à Led Zeppelin pour la force des riffs et pour le savoir-faire inventif. En concert s'est énorme, carré et passionné. Vous y trouverez un chanteur qui joue de la thérémine au physique entre Robert Plant et Jim Morrison. L'attitude est également proche de ces deux chanteurs cultes et semble être une parfaite mixture entre la folie de Jim Morrison et l'élégance glam rock de Robert Plant. L’équipe de Beauvaizine a pu voir le groupe à deux reprises cette année. Une première fois au Blues Autour du Zinc en ouverture de festival et avec une très belle prestation dans le hall de l'Hôtel du Département. Et l'autre, tout récemment pour un concert endiablé sur la scène d’Arthur’s Day Festival. L'ambiance en concert est donc l'essence même du groupe. On y retrouve un guitariste accroc au headbanging, un bassiste classe à la Rickenbacker, un clavier typé 70's et un batteur qui consolide parfaitement le tout... Avec tout ceci, vous obtenez une alchimie hyper efficace de Cheap Wine. Article de Jon Pitre


Live report 2016

CONTREBASSE

Cette année la contrebasse a été mise à l'honneur à Grandvilliers et nous a offert du très bon rockabilly avec entre autres le trio Hot Chickens qui est venu à la rescousse du festival suite au désistement de dernière minute d'un groupe dont j'ai oublié le nom. Le public n'a pas perdu au change car entre compositions originales et reprises, le show énergisant des Hot Chickens emmené par un contrebassiste chanteur virtuose a largement séduit le public de Grandvilliers comme The Crappy Coyotes qui ouvrit les festivités le vendredi de manière magistrale.

 

BLUES ROCK

La six cordes électrique était aussi bien représentée cette année avec de très bons groupes et un Manu Lanvin qui s'avère être une tête d'affiche charismatique.

L'homme au chapeau a distiller un blues rock digne des plus grandes légendes du genre avec de superbes compositions.

 

UN SHOW FINAL EXTRAORDINAIRE

L’ultime surprise du festival a été orchestrée par Johnny Gallagher venu faire le bœuf avec Manu Lanvin. Les deux guitaristes furent épaulés par la section rythmique de The Red Goes Black sur la sympatique scène ouverte de Mobil' Jam.

Cette prestation clôture en beauté l’édition 2016 qui restera comme l'une des plus emblématiques d’Arthur’s Day. Un beau festival picard que Beauvaizine soutiendra encore l’année prochaine.

 

 

Jon Pitre et Mimi de La Ware